mardi 1 juillet 2014

Aimez Jésus, ma fille, sacrifiez-lui toutes choses

[Dans les écrits de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny]

1er avril 1876.

Votre lettre du Précieux Sang m’arrive, avec celles de toutes vos soeurs. Vous ne sauriez croire le baume que vous mettez sur tant de plaies rouvertes, béantes, saignantes, que l’épreuve actuelle à ravivées en mon coeur. Souffrir pour Jésus et pour vous, c’est-à-dire pour le règne de Jésus en vous, et vous savoir infidèles, lâches, déserteuses de sa sainte cause, vous comprenez que ce serait le martyre. Hélas ma fille, ce martyre-là, nous l’avons fait endurer au Coeur de Notre-Seigneur !...

L’inutilité de ses souffrances pour les pécheurs obstinés, et même pour nous, misérables, nous les Filles de son Coeur, nous ses Epouses; l!inutilité de son Sang versé à flots; la perte des âmes malgré sa mort douloureuse ; les dédains de ses plus aimés, malgré toutes ses agonies ; voilà le martyre des martyres pour Notre-Seigneur. — Et nous le lui avons infligé! Chaque grâce repoussée, c’est une goutte du Sang de Jésus foulée aux pieds, c’est une tendre avance de son amour méprisée !

Aussi, en assistant par anticipation au triste spectacle de nos ingratitudes, de nos infidélités, de nos dédains, de nos insouciances, son âme a été triste jusqu’à la mort, ainsi qu’il l’a dit lui-même.

Venez, ma chère fille, allons le dédommager et le consoler ; si beaucoup rendent inutile son sang répandu, nous, allons le recueillir et l’offrir ; si beaucoup l’insultent sur la Croix, nous, bénissons-le et laissons-nous clouer avec lui à ce bois sacré; si beaucoup le blasphèment, nous, baisons ses plaies adorables; si beaucoup le trahissent, nous, serrons-nous autour de lui, et par une fidélité sans réserve, dédommageons-le des injures des uns, des résistances des autres, de la haine du monde et des froideurs du grand nombre. — Quelle mission, ma fille, quel honneur et quels devoirs ! Avec la grâce, disons mille fois, car avec elle tout est possible « Plutôt mourir que de trahir ! »

Vous comprenez donc, mon Enfant, que souffrir pour Jésus en vous et vous savoir fidèles, dévouées, fermes au devoir, désireuses du bien et persévérantes, c’est l’adoucissement à toutes les douleurs ; c’est voir la fleur et espérer le fruit, sur un arbre qui coûte des peines inouïes à cultiver, émonder, arroser, et à qui Dieu donne l’accroissement.

Que Notre-Seigneur vous bénisse toutes pour votre fidélité à me procurer cette satisfaction.

C’est Jésus lui-même qui paiera le peu que je vous donne Comment ! il a donné son Sang pour vous, mon Enfant; et moi, sa pauvre servante, je ne donnerais pas un peu de ma souffrance et du sang de mon coeur pour votre âme qu’il a rachetée ?...

Un coeur de plus qui l’aime, ce doux Jésus, une âme de plus qui se consacre à Lui et qui le glorifie, une bouche de plus qui le confesse et qui le chante, un esprit de plus qui le contemple et se remplisse de Lui ; et plus tard, un jour au Ciel, si vous êtes fidèle jusqu’à la fin, un petit Séraphin qui brûle pour Lui pendant l’Eternité entière.., vraiment, ma fille, cela vaut la peine de verser son sang jusqu’à la dernière goutte. Et si c’est là une folie, selon le monde, je vous prie de remarquer que Jésus-Christ m’en a donné le premier l’exemple ; c’est la même folie qui a précipité le Verbe divin sur la terre, si l’on peut se servir de cette expression ; c’est Ja même folie qui l’a anéanti à Nazareth, qui l’a couvert de sang au Jardin des Olives, qui l’a tué au Calvaire, et qui a percé son Coeur mort pour en tirer la dernière goutte de sang, comme l’épuisement de son amour. Si la gloire de Dieu, et le salut, la perfection d’une âme valent le Sang de Jésus-Christ, ils valent bien mon sang et ma vie misérables. Aimez Jésus, ma fille, sacrifiez-lui toutes choses, et vous me comprendrez.

[Lettres de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny, fondatrice de la Société des Filles du Cœur de Jésus. - Paris, P. Lethielleux, 1965 – Imprimatur: Luçon, le 11 Octobre 1965. L. Bouet, v. g.]

dimanche 1 juin 2014

Dieu est le premier et le plus grand des Pères

[Dans les écrits de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny]

Ce 18 août 1875.

MA CHÈRE ENFANT,
Mon coeur saigne toujours pour ces bons parents auxquels les enfants doivent s’arracher: mais Dieu est le premier et le plus grand des Pères ; et les chers parents ont aussi leur part dans ce centuple promis par Notre-Seigneur à ceux qui quittent tout pour le suivre. Ils attirent de grandes bénédictions de Dieu sur leurs âmes, comme fruits de ce sacrifice ; et ceux qui auront ainsi donné leurs enfants à Dieu auront une couronne toute particulière au ciel. Nous devons les aimer surnaturellement, c’est-à-dire pour leur âme et pour leur bonheur éternel ; et ne pas hésiter à leur procurer, par le sacrifice qu’ils font de nous, les grandes grâces et les grandes récompenses qu’ils en recueilleront. La tendresse d’un père a de grandes douceurs et de grands droits; l’amour d’un Dieu en a de bien plus sérieux, de plus grands encore...

Courage et confiance. Qui a Jésus a tout. Comptez sur mon invariable dévouement.

MARIE DE JÉSUS.

[Lettres de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny, fondatrice de la Société des Filles du Cœur de Jésus. - Paris, P. Lethielleux, 1965 – Imprimatur: Luçon, le 11 Octobre 1965. L. Bouet, v. g.]

jeudi 1 mai 2014

Vivons de sacrifice, c’est vivre de vrai amour

[Dans les écrits de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny]

21 avril 1874.

Je crois, chère enfant, que l’absence resserre mille fois plus nos liens !... Qu’il fait bon être étroitement unies en Jésus !... Voilà des chaînes solides que rien ne peut rompre. La distance ne touche pas les âmes, et elle ne sert que de matière à l’immolation, c’est-à-dire, elle unit encore plus, car la grande union des âmes se fait sur la croix et par la croix. Vous y êtes, j’y suis avec vous, et Jésus y est avec nous... Vivons de sacrifice, c’est vivre de vrai amour. Choisies comme de petites victimes, appelées à une étroite union au sacrifice, que pouvons-nous attendre sinon l’immolation ?... Comment être emportées à toute heure dans l’oblation de Jésus-Eucharistie, si notre être n’est pas en sacrifice ?... Comment être un seul coeur avec le Coeur ensanglanté de Jésus, si aucune des épines de sa couronne ne nous touche !... Dans l’union au Coeur de Jésus, comptons sur la croix du coeur : agonies, angoisses, brisements intimes, délaissements qui avez fait le martyre perpétuel du Coeur de Dieu qui est le Coeur de mon Epoux, venez aussi en mon pauvre coeur et rendez mon coeur conforme au Coeur de mon Epoux et de mon Dieu !... Disons cela, ma fille, et faisons bon accueil à ces souffrances qui nous rendent semblables en quelque petite chose à notre Céleste Bien-Aimé !... Ayez un grand courage l’état d’immolation où Jésus vous tient est une confirmation nouvelle de votre vocation pour l’OEuvre... Ne vous regardez pas, n’examinez pas vos peines ; offrez-les avec le Sang de Jésus et abandonnez-vous en aveugle. ... Plus l’immolation grandira, plus l’union avec Notre- Seigneur deviendra étroite. Humilité et abandon.

[Lettres de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny, fondatrice de la Société des Filles du Cœur de Jésus. - Paris, P. Lethielleux, 1965 – Imprimatur: Luçon, le 11 Octobre 1965. L. Bouet, v. g.]

mardi 1 avril 2014

Vocation religieuse

Une jeune fille m'a écrit pour me raconter son expérience vocationnelle chez les Filles du Coeur de Jésus fondées par la zélée Bienheureuse Marie Deluil-Martiny.

Cher D.,
              Je ne trouverai jamais assez de mots pour te remercier de m'avoir conseillé le couvent des Filles du Coeur de Jésus. Ca a été une expérience extraordinaire qui a allumé un grand feu dans mon coeur. Ces soeurs semblent être des anges blancs sur terre. Elles m'ont accueillie avec beaucoup de disponibilité et d'amour. Cela se voit qu'elles aiment ardemment les Coeurs de Jésus et Marie. Leur prière ne cesse jamais, un hymne continu de louanges jusqu'au plus haut des cieux, sans signe de fatigue mais avec joie et amour. En ces jours, j'ai prié intensément et j'ai demandé au Seigneur quelle voie Il veut que je suive pour L'aimer de plus en plus. Aujourd'hui pendant la Messe, avant de partir, durant le dernier chant d'adoration avec le Très Saint exposé, mon coeur s'est mis à battre la chamade et j'ai commencé à pleurer presque contre ma volonté et j'ai ressenti une émotion indescriptible, à quel point Jésus nous aime, son Coeur bat ainsi pour nous !!!

Encore merci pour toute ta précieuse aide !

Bons baisers dans les Coeurs de Jésus et Marie !!

(Lettre signée)


============================================================
Les jeunes qui veulent passer quelques jours de retraite spirituelle dans le monastère de clôture des Filles du Cœur de Jésus de Marseille pour discerner leur propre vocation, peuvent les contacter en écrivant à ces adresses:

Monastère des Filles du Cœur de Jésus
68 Traverse de la Serviane
Les Trois Lucs
13012 Marseille

Tél. 04 91 93 43 46

samedi 1 mars 2014

L’âme grandit pendant l’épreuve

[Dans les écrits de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny]

15 décembre 1875.

L’âme grandit pendant l’épreuve. Dégoûts, agonies, tristesses, ennuis, que vous avez de charmes pour mon âme, quand je vous vois passer par le Coeur de mon bien-aimé Jésus pour arriver jusqu’à mon coeur ! Il vous a accueillis, il vous a aimés, et pour moi !... Venez, et que je vous accueille, que je vous aime, pour Lui! Vous m’apparaissez imbibés de son Sang, mouillés des larmes de sa Mère, et vous m’êtes envoyés pour me rendre peu à peu conforme à mon Epoux crucifié; venez donc, et faites votre oeuvre; et que chacune de mes douleurs soit une goutte de baume sur les douleurs du Coeur de Jésus !

[Lettres de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny, fondatrice de la Société des Filles du Cœur de Jésus. - Paris, P. Lethielleux, 1965 – Imprimatur: Luçon, le 11 Octobre 1965. L. Bouet, v. g.]

samedi 1 février 2014

Viens et suis-moi

[Pensées de la Bienheureuse Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny, fondatrice de la Société des Filles du Cœur de Jésus]

«Le choix de Dieu ne se borne pas sur notre mérite; Il dit le premier mot de cet appel à qui Il veut; Il ramasse Paul, Augustin, Madeleine, au fond de leurs rébellions et de leurs faiblesses. Son choix entraîne sa grâce pour former l’âme selon ses desseins si elle est fidèle à l’appel. Dieu appelle, sa grâce descend; c’est à l’âme de saisir cette grâce et de répondre à cet appel; si elle se détourne et si elle refuse, Dieu, après d’instantes sollicitations, se retire; et qui peut comprendre ce qu’est la jalousie irritée d’un amour divin méprisé?... Je crains Jésus qui passe…»

«Nous ne pouvons user de la liberté que pour la soumettre à quelque chose. Préférerons-nous à notre Dieu, notre bon maître, une créature ou un désir de notre cœur? Les plus étroites, les plus sacrées des affections humaines ne sauraient légitimer la moindre résistance à la volonté de Dieu. Que pourrais-je aimer? Jésus-Christ est le seul aimable… A la mort, je voudrais n’avoir aimé que Lui… Pour bien vivre dans ce monde, je dois abhorrer le péché, fuir les occasions, haïr le monde et ce qui est du monde. Me sera-ce facile à moi qui aime naturellement ce qu’il aime et qui crains les difficultés?...»


Les jeunes qui veulent passer quelques jours de retraite spirituelle dans le monastère de clôture des Filles du Cœur de Jésus de Marseille pour discerner leur propre vocation, peuvent les contacter en écrivant à ces adresses:

Monastère des Filles du Cœur de Jésus
68 Traverse de la Serviane
Les Trois Lucs
13012 Marseille

Tél. 04 91 93 43 46

mercredi 1 janvier 2014

Notre-Seigneur vous veut pour Lui seul

[Dans les écrits de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny]

Lettres à la Soeur X...

Berchem, 8 juin 1875.

MA CHÈRE PETITE SOEUR,

Je dois vous dire que dès le premier jour où je vous ai vue, j’ai eu l’impression que Notre-Seigneur vous veut pour Lui seul, et qu’il n’a fait votre coeur que pour son amour. Tout autre amour vous rendrait étrangement malheureuse. Je ne vous connais pas, croyez-vous, et je vous suppose meilleure que vous n’êtes ; ici, vous faites une petite erreur, chère Soeur; en effet, l’appel de Dieu à une vocation privilégiée et le mérite de l’âme appelée sont deux choses fort distinctes, et que vous semblez un peu confondre. C’est précisément parce que j’ai senti quel amour spécial Notre-Seigneur a pour votre âme, et parce que j’ai compris — pardonnez à ma franchise — que la lumière, l’état et la correspondance de votre chère âme n’étaient pas encore à la hauteur de cet appel de choix, que j’ai éprouvé pour vous cet attrait d’humble zèle, ce dévouement et ces désirs qui ne m’ont pas quittée.

Malgré mon indignité, j’aime Notre-Seigneur par-dessus tout ; alors l’âme est entraînée vers ce qu’il aime de préférence. S’il ne peut pas encore atteindre et gagner ainsi à son unique amour l’âme qu’il cherche et qu’il a choisie, alors je n’ai plus qu’un désir, quelque profonde que soit ma misère : l’aider à courir après cette âme, dût-elle n’en jamais rien savoir, et la lui amener au prix de tous les sacrifices. Quand Jésus sera l’Epoux céleste de votre âme, votre coeur sera brûlé de la même soif, car il est fait pour un semblable dévouement, et Notre-Seigneur l’a créé tout exprès pour cela.

Votre âme est à Dieu, mais non encore uniquement; Dieu veut vous posséder de plus près, mais que d’obstacles extérieurs semblent s’y opposer ! Courage ! L’indignité ne fait rien à l’affaire. Qui est digne de communier par exemple ? et pourtant nous communions, et avec quel bonheur ! Le choix de Dieu ne se borne pas sur notre mérite ; il dit le premier mot de cet appel à qui il veut; il ramasse Paul, Augustin, Madeleine, au fond de leurs rébellions et de leurs faiblesses. Son choix entraîne sa grâce pour former l’âme selon ses desseins, si elle est fidèle à l’appel. Car voilà le grand point : Beaucoup sont appelés, peu sont élus, parce que peu correspondent à l’appel. Dieu appelle, sa grâce descend ; c’est à l’âme de saisir cette grâce et de répondre à cet appel ; si elle se détourne et si elle refuse, entraînée par le monde, par les affections humaines, les intérêts temporels, les répugnances naturelles, les considérations et les craintes de la chair et du sang, Dieu, après d’instantes sollicitations, se retire; et qui peut comprendre ce qu’est la jalousie irritée d’un Amour divin méprisé ?... « Je crains Jésus qui passe... »

O Jésus, en passant, emparez-vous de nos âmes, et ne les laissez pas errer loin de vous rien, hors de vous, ne peut contenter ces coeurs que vous avez faits pour vous seul ! L’amour divin a son appel ; il a aussi ses heures, et ses heures sont fécondes : alors l’impossible devient possible, la générosité brise suavement les obstacles, car la grâce n’aime pas les retards.

Prions ensemble, et quand Jésus parlera bien clairement, confiance, n’hésitez pas, ne reculez pas.

Vous avez raison de compter sur mon pauvre coeur ; nos relations commencent, mais ma religieuse affection pour vous date de loin.

Vous n’abuserez jamais de mon temps. Excusez seulement ma rondeur et ma franchise ; je ne vois que votre âme, pour laquelle je donnerais ma vie, si elle pouvait voùs gagner toute à Jésus.

MARIE DE JÉSUS.

[Lettres de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny, fondatrice de la Société des Filles du Cœur de Jésus. - Paris, P. Lethielleux, 1965 – Imprimatur: Luçon, le 11 Octobre 1965. L. Bouet, v. g.]

dimanche 1 décembre 2013

Offrir Jésus

[Dans les écrits de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny]

«Chaque battement de nos cœurs devrait être un acte d’offrande de Jésus et d’union à son Sacrifice perpétuel pour la gloire du Père. Cachés, perdus en Jésus-Christ, revêtus de Jésus-Christ, tellement unis à Jésus-Christ, que sa vie devienne notre vie, voilà ce que nous devrions être pour atteindre la fin du Sacrifice de Jésus.»

«Notre-Seigneur semble avoir fait un autel dans mon âme, où Il s’offre incessamment à son Père et à l’Adorable Trinité. Il paraît vouloir qu’elle se tienne en sa présence, devant cet autel, dans une incessante adoration, se contentant de me regarder et de m’unir aux actes divins qu’Il opère.»

«Le grand attrait de mon âme sera toujours, par delà la question des âmes, dans l’offrande de Jésus-Christ Lui-même à l’Adorable Trinité, pour lui rendre tous les hommages d’amour, de bénédiction, de louange, d’action de grâces, toute la gloire, tout l’honneur qui Lui sont dûs, et que Jésus-Christ seul peut Lui rendre.»

«Voilà le modèle, regardez-le, méditez-le sans cesse et imitez-le! Honneur, amour, respect profond, service fervent, hommages incessants à Jésus-Hostie, sans cesse exposé à nos adorations. Union continuelle au sacrifice de l’autel: offrande non interrompue, par le cœur, du Calice élevé dans les mains des prêtres. Et, pour être victimes avec Jésus-Christ, avec Marie: sacrifice, sacrifice!... Offrons le Sang de Jésus et les larmes de Marie, offrons les sentiments, les mérites, le martyre, les réparations, les actions de grâce de leurs Cœurs sacrés.»

vendredi 1 novembre 2013

Unissez vos souffrances aux agonies que le Coeur de Jésus a souffertes

[Dans les écrits de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny]

26 janvier 1875.

Ma chère fille et Soeur en Notre-Seigneur, il me tardait bien de pouvoir revenir auprès de vous. Le doux Jésus vous a donc un peu remontée? Mais, sans doute comme vous voulez être sa petite victime, Il n’aura pas manqué de frapper bientôt à la porte de votre coeur avec sa croix : Courage ! Jésus ne mérite-t-Il pas d’être courageusement servi et généreusement aimé par quelques âmes quand tant d’autres l’outragent, le délaissent, le méprisent? Lorsqu’Il n’a presque plus dans le monde où reposer son coeur, ne faut-il pas qu’il puisse se réfugier dans l’âme de ses filles et y trouver l’amour, le dévouement et le sacrifice? Dieu compte tout, ma chère fille, et il est bien content de tout ce que vous faites pour son oeuvre, dans la mesure de vos forces. Remontez bien votre courage, et unissez toutes vos souffrances aux agonies que le Coeur de Jésus a souffertes. Tenez-vous sur l’autel afin qu’il vous offre avec lui.

Il faut s’aguerrir un peu. Quand on se porte bien, il ne faut s’épargner en rien; quand on est souffrant, il faut accepter les soins sans les chercher ; il faut les recevoir comme une aumône faite à Notre-Seigneur Jésus-Christ en notre personne, car nous sommes toutes les pauvres de Jésus : c’est-à-dire les recevoir humblement, généreusement, trouvant touj ours que c’est trop pour nous ; portant nos souffrances avec un coeur bien soumis et d’un extérieur doux et content, pour l’édification et la consolation du prochain. Autrement, que ferait-on de nous dans les fondations qui se préparent et où tout peut manquer à la fois ?... Ce courage sur soi-même ne s’apprend pas en un jour; mais, avec la grâce et la bonne volonté, les bien portantes et les malades ne peuvent manquer de l’acquérir. Et cette vertu a cela d’excellent qu’elle peut nous accompagner dans les plus rudes extrémités, et même à la mort. Avec elle on peut mourir l’arme au bras, comme un vaillant soldat de Dieu.

[Lettres de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny, fondatrice de la Société des Filles du Cœur de Jésus. - Paris, P. Lethielleux, 1965 – Imprimatur: Luçon, le 11 Octobre 1965. L. Bouet, v. g.]

mardi 1 octobre 2013

Prier et souffrir par l’Eglise et la France

[Dans les écrits de la Bienheureuse Marie de Jésus Deluil-Martiny]

L’Eglise...la France. O patrie bien-aimée ! Nos cœurs de catholiques et de Français sont brisés : nous expérimentons des douleurs toujours plus grandes. Espérons qu’avec l’aide puissant de Marie, reine de la France et de l’Eglise, nous pourrons dire à la première occasion : jamais il n’y a eu un tel triomphe...Si nous savions prier et souffrir, l’Eglise et la France seraient unies dans le même triomphe : une Eglise plus belle qu’avant et la France, revigorée par la douleur, redevenue chrétienne.

(Pensieri scelti dagli scritti della Beata Maria di Gesù Deluil-Martiny, tradotti dal libro "Gesù deve regnare", a cura di Paolo Risso, LEV)

dimanche 1 septembre 2013

Lettre d'encouragement

[Dans les écrits de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny. Lettre d'encouragement dans la vie spirituelle.]

21 avril 1876.

Courage, ma fille, courage ! Jésus mérite bien que nous préférions ses intérêts divins aux bas intérêts de notre nature; n’attendons pas que la mort nous en donne trop tard la conviction. C’est à cette dernière heure où tout nous quit tera et où nous quitterons tout, que nous verrons clairement le néant des créatures e du monde, le néant des affections purement humaines, le néant de l’amour-propre, la fou de l’esprit du monde et l’inutilité, le danger même d’une foule de satisfactions naturelles auxquelles nous sommes assez misérables, vous, moi, hélas ! et tant d’autres, pour nous laisser prendre. C’est alors que nous gémirons d’avoir abaissé jusqu’à ce qui est terrestre nos âmes nobles et immortelles, faites pour Dieu, et que lui seul peut satisfaire et remplir.

Apprenons-le dès maintenant, ma fille, laissons les ombres, courons après la réalité. Montons, montons vers ce qui est céleste; car c’est descendre pour nous que de nous coller à ce qui est de la terre et du monde ; c’est descendre. ma fille. Et nous coller à l’amour-propre, à notre volonté aveugle, à notre jugement faussé par le péché, à notre moi corrompu, hideux, ennemi de Jésus-Christ, c’est plus que descendre, c’est nous avilir, nous dégrader, c’est condamner notre éme, elle, qui est le prix du sang précieux de Jésus-Christ, à la nourritur des pourceaux. Et voilà pourtant, ma fille, ce que le monde, et même le monde à demichrétien, appelle monter, s’élever, se grandir, se mettre à sa vraie place ! Voilà ce que, par Ia plus étrange aberration de pensées et de sentiments, ce pauvre monde appelle gloire, honneur, bonheur, noblesse, grandeur. Voilà en quoi il se complaît jusqu’au jour terrible de l’Eternjté, où toutes ces illusions basses et insensées tomberont, où l’on s’éveillera de tous ces rêves, et où il faudra bien reconnaître qu’on s’est trompé qu’entre les affirmations d’un Dieu dans l’Evangile, et du monde dans ses fausses maximes, c’est Dieu qui avait raison !... Oh ! quelle honte alors pour l’âme qui verra qu’appelée à des destinées si hautes, elle s’est roulée dans la poussière ici-bas ! Et, si elle n’est pas allée jusqu’à se rouler dans la boue et qu’elle n’ait pas consommé sa ruine, quelle expiation au moins l’attend en purgatoire ! Et quel malheur pour elle, quel irréparable malheur, si elle a roulé dans la boue, la boue de l’orgueil ou des passions, si elle est tombée d’une existence vide et folle, dans une vie qui tue la vie de la grâce, et si elle est descendue ainsi dans la mort... Tout est fini, tout est perdu. Hélas ! ce n’est point là un rêve d’une imagination ardente, c’est, ma fille, ce qui arrive tous les jours. Tous les jours pour des milliers d’âmes, la mort ferme la porte des illusions, des folies, des frivolités, des adorations de soi-même, des jouissances terrestres et des rébellions contre Dieu ; et ouvre la porte du jugement, de la honte, du désespoir et de la mort éternelle. Tous les jours, la mort pour des milliers d’âmes, d’âmes demi-chrétiennes dans le monde, d’âmes, hélas ! hélas ! demireligieuses dans les cloîtres !... la mort ferme la porte des compromis, des exigences de l’amour-propre, des satisfactions naturelles, des révoltes contre l’autorité, — apparentes ou secrètes, — des complaisances et des flatteries envers soi-même, et envers les créatures, des lâchetés, des fautes volontaires, de l’estime orgueilleuse de son jugement et de ses pensées, des jouissances au détriment du devoir, que sais-je ?... Et la mort ouvre la porte du jugement, de la confusion immense, des regrets amers et des longues tortures expiatrices du purgatoire, loin de Dieu L.. — Oh ! pensez à ce moment terrible : quand une âme religieuse, lâche, souillée, misérable, se trouve pour la première fois, seule, en face de l’Epoux divin délaissé, oublié par elle ; quand elle lui présente sa couronne de fiancée, salie, flétrie, sa robe en lambeaux, ses mains vides, son coeur qui s’est si souvent préféré aux intérêts de Dieu, ses pieds couverts de la poussière du monde, et de la boue de son amour-propre que répondre, où se cacher, et par quelles flammes faudra-t-il qu’elle passe pour refaire son vêtement de gloire et atteindre une place au ciel ?... Que sera-ce si elle a trahi, outragé en face ici-bas, Celui qu’elle devait aimer et faire aimer par-dessus toutes choses ; si elle est noire des souillures de ses rébellions, si elle arrive comme un monstre en face de celui qui l’avait consacrée pour être éternellement sa bien-aimée ?... Je crois que son enfer sera tel qu’aucune expression humaine ne peut le rendre !...

Mais, tous les jours aussi, ma fille, pour bienr des âmes fidèles, la mort adoucie et souriante, ferme comme une bienfaitrice et une amie la porte des tribulations, des douleurs, des sacrifices, des luttes contre la nature et le monde, des mortifications, des humiliations, des travaux obscurs, de l’amour-souffrant, des privations, des angoisses, des persécutions et des mépris soufferts, des critiques endurées de la part des fous du monde, des injustices supportées, des souffrances imposées à la nature, de la pauvreté, des épreuves de tous genres, des combats de l’humilité et de l’obéissance, des efforts persévérants contre le démon et contre soi-même, et elle ouvre la porte de l’éternité bienheureuse, du repos éternel, du bonheur sans fin. O joie ineffable de cette première rencontre face à face avec le Sauveur de nos âmes, purifiées par son sang divin et fidèles à sa loi !... Mais, si c’est une âme consacrée, une âme épouse de Jésus, la voyez-vous, ma fille, se précipitant de la terre avec une joie plus incomparable encore !... Jésus, Marie, tout le ciel arrivent à sa rencontre; l’Epoux divin et l’épouse consacrée se réunissent pour jamais ; plus de pleurs, plus de souffrances, plus de craintes ; elle ne perdra plus son Bien-Aimé, elle le possède dans la gloire, dans l’amour triomphant, elle est vic- torieuse pour l’éternité, elle est dans son Coeur adorable, elle n’en sortira plus. Elle l’a aimé dans l’agonie, elle l’aime dans le bonheur sans mesure et sans terme ; elle jouit de sa gloire, elle règne avec lui pour toujours. Ses douleurs passées sont des diamants attachés à sa couronne; sa pauvreté est devenue une robe étin celante des richesses du ciel ; son humble obéis sance est devenue un trône et un sceptre ; ses humiliations lui sont un manteau royal ; son amour-souffrant lui est une auréole éblouissante; le monde insensé ou méchant, auj la plaignait ou la méprisait ici-bas, le monde est sous ses pieds ; elle est reine, épouse du Roi éternel. Son coeur nage dans une joie sans bornes, qui ne lui sera pas ravie : L’oeil de l’homme n’a point vu, son coeur n’a pas compris, son intelligence n’a pas sondé ce que le divin Epoux des âmes réserve dans le ciel de délices et de gloire à ses bien-aimées. Hâtons-nous, ma fille, courons, souffrons, traversons tout ; armées de la grâce, renversons tous les obstacles ; sacrifions-nous, méprisons-nous, travaillons, mourons et arrivons meurtries mais heureuses, à ce terme où Jésus nous attend. La route est semée d’épines patience, le ciel les vaut bien ; pas à pas, nous atteindrons le but. Suivons la grâce, et selon la mesure qui nous en est donnée, n’accordons rien à la nature, cédons tout à Dieu. A mesure que nous avancerons dans la carrière, la lumière augmentera, la grâce deviendra plus abondante, l’amour divin plus exigeant, nous donnerons davantage; et donnant ainsi d’heure en heure tout ce que Jésus demandera, nous arriverons à la mort, le coeur vide de nous-mêmes mais plein de Dieu, nous l’aurons glorifié par notre entier sacrifice sur la terre, il nous glorifiera et nous béatifiera pour l’éternité. N’attendons plus ; si nous sommes lâches au début, si nous ne suivons pas pleinemènt la grâce de jour en jour, malheur à nous Remettre sa fidélité à plus tard en face d’un Dieu si bon qui ne demande que petit à petit avec une infinie sagesse, mais qui demande le tout qui nous est possible avec la grâce de l’heure présente, de moment en moment, c’est être lâche, ingrate, téméraire; c’est compromettre sa persévérance et risquer la victoire dernière, le trône et la gloire du ciel !

Courage et confiance, Jésus est avec nous.
Allons ! et mourons avec lui !...


[Lettres de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny, fondatrice de la Société des Filles du Cœur de Jésus. - Paris, P. Lethielleux, 1965 – Imprimatur: Luçon, le 11 Octobre 1965. L. Bouet, v. g.]

jeudi 1 août 2013

En avant, marche !

[Dans les écrits de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny]

Août 1876.

MA PETITE ENFANT,
Vous avez besoin de vous épanouir sous vos feuilles comme une petite violette, au lieu de vous ficeler et renfermer en vous-même, sous prétexte de vraies sottises et faussetés. Croyez-en ma vieille expérience, la première condition pour marcher, c’est d’avoir les jambes libres. Si on les a attachées, on a beau dire En avant, marche !... » et avoir un beau chemin devant soi, on reste en place. Une fois libre, il ne s’agit pas seulement de marcher, mais de bien marcher, par le bon chemin, et d’arriver au but ; c’est là qu’est le hic ! A la liberté des jambes, liberté nécessaire et dont vous vous privez un peu trop contre mon gré, Messire Satanas sait fort bien ajouter les libertés dangereuses, celle de se tromper de route, de sauter dans les précipices, de se casser la tête et les jambes,. de marcher sur les rocs à pic et d’en dégringoler, etc., etc. Ces belles mais funestes libertés, nous sommes d’accord pour n’en pas vouloir. Nous n’avons pas voulu des services de ce monstre, même s’il s’habillait en bel ange du Paradis ! Et nous avons pris pour guide l’Esprit-Saint; pour compagnon de route en même temps que pour voie, vérité, vie, force et but, Jésus ; pour étoile, Marie ; pour protecteurs, les Saints et les Anges. L’abandon et l’amour nous tirent en avant, l’humilité nous sert d’ombrelle la naïve simplicité et la parfaite obéissance nous suivent des deux côtés de la route, comme de célestes garde-fous qui préservent de toutes les chutes funestes dans les précipices voisins. Allez donc tout au large, ma petite Enfant, le coeur ouvert et dilaté, épanoui et confiant ; les petites culbutes sur la route même ne sont rien les petites sautées, etc., ce sont des pierres sur le chemin pour les traverser on fait un plus grand pas, et on avance d’autant. Mais on ne se décourage pas pour cela !

A Dieu, ma fille, épanouissez-vous bien humblement pour que vos petits parfums montent jusqu’au Coeur du Bien-Aimé.

MARIE DE JÉSUS

[Lettres de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny, fondatrice de la Société des Filles du Cœur de Jésus. - Paris, P. Lethielleux, 1965 – Imprimatur: Luçon, le 11 Octobre 1965. L. Bouet, v. g.]

lundi 1 juillet 2013

Union à Dieu

[Dans les écrits de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny]

13 août 1875.

Ah! comme on a dit vrai : « Le plaisir de mourir sans peine, vaut bien la peine de vivre sans plaisir ! » Et encore dans le cloître, si l’on vit sans les plaisirs du monde, plaisirs faux et trompeurs, sources de remords ou abîmes de vide, on ne vit pas sans joie et sans consolation, certes : Pas de joies plus innocentes, pas de consolations plus franches, pas de cordialité plus solide et plus vraie, que celles qui sont la part de l’aine religieuse dans sa famille spirituelle. Que dire aussi de cette union à Dieu? Cette union qui fera son bonheur au ciel ne peut pas manquer de faire son bonheur, ou plutôt de commencer son bonheur sur la terre, dans une vie où cette union est si intime, parce que tout y tend, et que rien ne l’entrave. « ø Dieu, quelle « abondance de douceur avez-vous réservée « pour ceux qui vous craignent! Qu’êtes-vous « donc, pour ceux qui vous aiment, et qui vous « servent de tout leur coeur (1)...? » Ce n’est pas pour rien que Dieu a promis le centuple en ce monde, avec la vie éternelle dans l’autre, à ceux qui quittent tout pour le suivre; tout, et ce divin Maître daigne lui-même énumérer ce tout. Son père, sa mère, ses frères, ses soeurs, son époux, ses proches, ses champs, ses biens, et même son âme, c’est-à-dire l’amour de soi-même et de sa vie. Il nomme tout ce qu’il y a de cher et de sacré, pour que nous restions sans excuses, et que nous sachions bien que rien ne prévaut contre ses droits ni la tendresse d’une mère, ni la désolation d’un père, ni la douce affection des soeurs, ni rien de ce que la nature et le monde peuvent avoir pour nous de meilleur et de plus attrayant.

(1) Imit., L. 3, ch. 10.

[Lettres de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny, fondatrice de la Société des Filles du Cœur de Jésus. - Paris, P. Lethielleux, 1965 – Imprimatur: Luçon, le 11 Octobre 1965. L. Bouet, v. g.]

samedi 1 juin 2013

Expérience vocationnelle

Une jeune fille m'a écrit pour me raconter son expérience vocationnelle chez les Filles du Coeur de Jésus fondées par la zélée Bienheureuse Marie Deluil-Martiny.

Cher D.,
              Je ne trouverai jamais assez de mots pour te remercier de m'avoir conseillé le couvent des Filles du Coeur de Jésus. Ca a été une expérience extraordinaire qui a allumé un grand feu dans mon coeur. Ces soeurs semblent être des anges blancs sur terre. Elles m'ont accueillie avec beaucoup de disponibilité et d'amour. Cela se voit qu'elles aiment ardemment les Coeurs de Jésus et Marie. Leur prière ne cesse jamais, un hymne continu de louanges jusqu'au plus haut des cieux, sans signe de fatigue mais avec joie et amour. En ces jours, j'ai prié intensément et j'ai demandé au Seigneur quelle voie Il veut que je suive pour L'aimer de plus en plus. Aujourd'hui pendant la Messe, avant de partir, durant le dernier chant d'adoration avec le Très Saint exposé, mon coeur s'est mis à battre la chamade et j'ai commencé à pleurer presque contre ma volonté et j'ai ressenti une émotion indescriptible, à quel point Jésus nous aime, son Coeur bat ainsi pour nous !!!

Encore merci pour toute ta précieuse aide !

Bons baisers dans les Coeurs de Jésus et Marie !!

(Lettre signée)


============================================================
Les jeunes qui veulent passer quelques jours de retraite spirituelle dans le monastère de clôture des Filles du Cœur de Jésus de Marseille pour discerner leur propre vocation, peuvent les contacter en écrivant à ces adresses:

Monastère des Filles du Cœur de Jésus
68 Traverse de la Serviane
Les Trois Lucs
13012 Marseille

Tél. 04 91 93 43 46

mercredi 1 mai 2013

Humilité et abnégation

[Dans les écrits de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny]

29 juillet 1876.

Rappelez-vous que vous monterez vers la sainteté autant que vous descendrez dans l’humilité, l’abnégation, le mépris de vous-même.

Or, ma fille, l’a; b, e, d, de l’humilité c’est de ne jamais s’excuser quand on a la bonne fortune d’être repris : Montrer qu’on n’a pas tort, même en ne disant que l’exacte vérité c’est s’excuser. L’humilité religieuse exige en ce cas le silence, et ensuite quelques paroles humbles de repentir et de ferme propos, qu’on soit coupable ou non à moins d’un cas de grave scandale.

A Dieu ! soyez large avec le bon Maître ! Votre mesure sera la sienne !

[Lettres de Mère Marie de Jésus Deluil-Martiny, fondatrice de la Société des Filles du Cœur de Jésus. - Paris, P. Lethielleux, 1965 – Imprimatur: Luçon, le 11 Octobre 1965. L. Bouet, v. g.]